Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Ma commune / Administration communale / Environnement - Mobilité - Energie / Environnement / Nature / Problématique des chenilles processionnaires du chêne
Actions sur le document

Problématique des chenilles processionnaires du chêne

chenille2

A la demande du Département Nature et Forêt et de l’Observatoire wallon de la Santé des Forêts du SPW, le CRC-W souhaite attirer l’attention sur la situation problématique des chenilles processionnaires du chêne.
Outre les dégâts qu’elle engendre sur les arbres (défoliation), la processionnaire constitue surtout une réelle menace pour la santé publique. Lorsque ces chenilles sont présentes en quantité, elles peuvent  donner  lieu à des interdictions de circuler dans des forêts, des parcs, des campings, des évènements.

En effet, la processionnaire constitue une réelle menace pour la santé publique. Chaque chenille est en effet munie de milliers de minuscules poils urticants, facilement dispersés par le vent, qui causent l’apparition dans les huit heures d'une éruption douloureuse avec de sévères démangeaisons. Se nourrissant des feuilles des chênes qui leur servent d’hôte, les chenilles processionnaires du chêne provoquent la défoliation de celui-ci.
La Wallonie fait face cette année à une prolifération préoccupante. De nombreux nids ont déjà été observés sur plusieurs zones (Rochefort, Tellin, Resteigne, Virton, Plombière, Dalhem, Brabant Wallon…).

Comment les reconnaître ?

Comme son nom l'indique, on la trouve dans les chênes car elle se nourrit des feuilles des chênes qui lui servent d’hôte. chenille processionnaire Photo(1)Cette défoliation freine la croissance des arbres et les fragilise.
La chenille processionnaire des chênes a une teinte brun foncé ponctuée de taches rougeâtres sur la partie supérieure des flancs. son ventre est jaune et leur tête noire.

Particulièrement velue, la chenille possède de milliers de minuscules poils urticants facilement dispersés par le vent.  Il y a deux sortes de poils : des poils blancs et soyeux et de minuscules poils oranges et urticants qui se développent au troisième stade de leur transformation.

Que faire si on en voit ?

N'essayez en aucun cas d'éliminer vous-même les chenilles processionnaires.

La lutte contre les processionnaires est une affaire de professionnels (pompiers, protection civile ou prestataires spécialisés). Les poils urticants des chenilles possèdent un très fort pouvoir allergène. L’utilisation des insecticides ou des nettoyeurs haute pression peuvent éparpiller ces poils et poser des problèmes pendant plusieurs années.

  • Contacter : 

Observatoire Wallon de la Santé des Forêts (OWSF)

Service public de Wallonie (SPW) 
Direction générale de l'Agriculture, des Ressources naturelles et de l'Environnement » (DGARNE) 
Département de l'Etude du milieu naturel et agricole (DEMNA) 
Direction du Milieu Forestier (DMF) 

23, avenue Maréchal Juin 
5030 Gembloux 
Tél. : +32 (0)81 626 420
owsf.dgarnespw.wallonie.be

Liste complète des Correspondants-Observateurs en Région Wallonne et Région Bruxelles Capitale.

Pour plus d'informations  : Note technique de l'OWSF- Chenille processionnaire juillet 2019

Comment se soigner si l'on est entré en contact avec les poils urticants?

  •  Dans les 8 heures après contact avec la peau éruption cutanée violente avec vives démangeaisons. La sueur, le grattage et le frottement accélèrent la propagation.

Traitement : retirer ses vêtements avec des gants et les laver à haute température. Les faire sécher dans un sèche-linge. Se rincer vivement à l’eau et au savon. Prendre un antihistaminique et une crème à base de cortisone (vendus en pharmacie).

  • Dans les quatre heures après, contact avec les yeux conjonctivite et réactions inflammatoires.

Traitement : consulter d’urgence un ophtalmologue. Les yeux seront rincés après application d’un anesthésique local. Si certains poils sont plantés trop profondément, ils devront être retirés de façon chirurgicale.

  • En cas d’inhalation :les voies respiratoires peuvent être irritées (éternuements, maux de gorge, difficulté à respirer, choc anaphylactique).

Traitement : consulter son médecin.

  • En cas d’ingestion : les muqueuses de la bouche et des intestins sont inflammées (salivation, douleurs abdominales, œdème de Quincke).

Traitement : boire de l’eau pour diluer les poils et consulter son médecin. Une endoscopie (exploration visuelle des cavités intérieures) est parfois nécessaire pour retirer tous les poils.


Et nos animaux de compagnie?
En cas de contact, votre animal, notamment le chien, peut développer les réactions citées précédemment. Pour chercher à se soulager, il va se lécher ce qui entraîne des complications.
En cas de doute, il faut conduire votre animal chez le vétérinaire avec les précautions nécessaires pour ne pas disperser les poils urticants.