Information

Information relative au Coronavirus/Covid-19 :

La Maison communale, dont le guichet du Service Etat-civil-Population et le Service de l’Urbanisme, sont accessibles uniquement sur rendez-vous au 010/65.56.56. Le port du masque est obligatoire à l’intérieur des locaux. Si vous avez rendez-vous, merci de signaler votre présence via la sonnette de la porte d’entrée et de vous désinfecter ensuite les mains avec le gel hydroalcoolique mis à disposition. 

Nous vous invitons à privilégier au maximum les contacts téléphoniques ou par mail : services de l’Administration communale (010/65.56.56 - aW5mb0B3YWxoYWluLmJl), du CPAS (010/65.89.33 - c2VydmljZXNvY2lhbEBjcGFzd2FsaGFpbi5iZQ==) et du point de contact PME (010/65.33.96 - ZWNvbm9taWVAd2FsaGFpbi5iZQ==). 

En cas de questions sur la gestion du Coronavirus, nous vous renvoyons vers le site www.info-coronavirus.be/fr ou vers le numéro : 0800/14.689.

Pour les informations relatives au centre de testing de Walhain, cliquez ici. Rendez-vous obligatoire au 04/332.15.12.

Coche verte

Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / Folklore et vie locale / Le grand feu de Walhain
Actions sur le document
Illustration de l'actualité - cliquer pour agrandir

Le grand feu de Walhain

Les Grands Feux

Les grands feux font partie de nos traditions populaires les plus curieuses. Dans nos régions, ils se présentent dans la province de Liège et du Luxembourg (Ardenne et Famenne), la province du Hainaut et du Brabant wallon, mais surtout en province de Namur avec les grands Feux de la vallée de la Meuse avec ceux de Bouge, les plus célèbres.

Ces Grands Feux se déroulent généralement le premier dimanche de Carême, mais aussi à la Laetare (Mi-Carême). La présence de ces Feux, dans le Carême, une période religieuse très pénitentielle et non conforme si toute réjouissance est interdite (les mariages étalent autrefois interdits), indiquerait qu’ils sont étrangers à un cycle chrétien. Cette tradition des Feux serait donc antérieure et s’ils n’ont pas disparu, c’est que la coutume devait être forte.

Mais il y a aussi des raisons de bon sens pour que les Grands Feux se déroulent à la sortie de l’hiver. ll ne viendrait en effet à l’idée de personne de brûler des branchages alors que les arbres sont déjà ou encore feuillus.

La coutume

Les Grands Feux, au départ sans doute de cercles familiaux restreints, sont devenus très communautaires et parfois intégrés dans des manifestations de grande envergure. Le caractère convivial et bon enfant est toutefois toujours présent: c’est l’occasion pour une ville, un village de manifester une Identité et un lieu de rencontre pour les gens du lieu.

Le folklore et des traditions plus locales ont aussi été associés aux simples mises à feu de branchages. Autrefois organisés de préférence par la « Jeunesse », le Grand Feu était précédé d’une lutte toute amicale entre les jeunes célibataires et les mariés. Le cortège lorsqu’il s’organise est entravé de telle sorte que la mise â feu soit retardée. Mais que l’on se rassure, les antagonismes s’estompent très vite et les deux groupes sont très vite réconciliés lorsque le « Capitaine de la Jeunesse » proclame la « soudée » ou le soudage entre tel jeune homme et telle jeune fille ou entre tel veuf et telle veuve, sorte de bans de mariage très officieux mais qui réconcilient en effet tout le monde et ce sont les derniers mariés de l’année qui allument alors le Grand Feu.

Le bûcher est un amoncellement de branchages mais fait en principe d’honnêtes fagots, savamment répartis sur une structure de perches en bois afin que l’ensemble permette de rivaliser en hauteur avec les Feux des villages voisins. On y brûle aussi un mannequin de paille qui représente parfois lugubrement une sorcière mais plus généralement le « Bonhomme Hiver », pour symboliser la fin de l’hiver.

Plus près de chez nous

Les Grands Feux sont aussi connus au « Roman Pays de Brabant ». Dans la région de Jodoigne ont parle de « Grand Mères » sans que l’on puisse expliquer valablement cette appellation. A Zetrud-Lumay par exemple, un proverbe dit « aux grand-mères, on brûle la grand-mère », c’est-à-dire un mannequin.

Et à Walhain

On ne peut pas identifier une tradition ancestrale de Grands Feux à Walhain. Des anciens se souviennent de Feux organisés en famille ou dans des quartiers de la localité. On nous a cité qu’avant guerre c’était le cas à la Culée. Plus récemment, au début des années 70, s’organisent deux années de suite des Grands Feux à l’instigation du Syndicat d’Initiative qui s’était alors constitué et du Groupe des Jeunes qui y était associé. Le premier Grand Feu eut lieu sur l’une des buttes dans la prairie voisine du château et le second dans les campagnes derrière la ferme Marette (Evilard).

Nil a organisé aussi ses Grands Feux dans les années 2000 en un site non moins prestigieux: au centre de la Belgique.

Il faut attendre ensuite 1984 pour que la tradition s’installe à nouveau à Walhain. C’est une période faste pour les fêtes au village, avec l’avènement des Géants de Walhain, la bière de Walhain et les mémorables enterrements de la fête avec le char Vieux Temps. Les Grands Feux se déroulent dans un premier temps à l’arrière du Centre Sportif et une équipe de bénévoles rassemble le jour même les branchages nécessaires. Le tout premier Grand Feu cependant est érigé à quelques dizaines de mètres de la chapelle Sainte Anne ou un cultivateur a laissé un petit coin en friche. Manque de chance, la nuit précédente il a légèrement neigé et la confusion s’installe pour savoir ou ériger le bûcher: celui-ci est malheureusement construit au plein milieu d’une terre cultivée, au grand dam du cultivateur concerné. Les choses s’arrangeront néanmoins ensuite, le cultivateur étant très conciliant sur le dédommagement ... proposé par l’assurance familiale de l’un des organisateurs !
A cette époque, ce sont des jeunes mariés qui allument le Feu mais ils sont très vite remplacés par les enfants qui y jettent leurs flambeaux. Depuis 1984 en effet, la manifestation commence sur la place de l’Eglise où le Bonhomme Hiver est débusqué dans le clocher. Un cortège aux flambeaux conduit ensuite le public vers l’endroit du bûcher, en fanfare et chaque année fidèlement accompagné des cavaliers du village. Pendant le cortège, des enfants portent avec beaucoup de précautions le Bonhomme Hiver car des adultes tentent de se l’approprier.

Au Château de Walhain

Vers 1990, le Grand Feu de Walhain émigre au château. Il profite ainsi d’un endroit merveilleux pour son déroulement: les ruines sont exceptionnellement illuminées. Après des premières tentatives de plusieurs feux répartis dans les douves et d’un bûcher construit dans la prairie arrière, le Grand Feu trouve finalement l’endroit définitif qu’il occupe aujourd’hui, grâce, il est vrai, aux facilités offertes par le chemin d’accès depuis lors réalisé.
Walhain, des sonneurs de cors participent régulièrement à la soirée, ce qui associe plus étroitement le site à la manifestation. Egalement, à partir du 25e Grand Feu en 2009 et chaque année depuis, un Feu d’Artifice participe à la célébration de la fin de l’hiver.


Texte : Y. Bauwens (février 2009)